dimanche 6 décembre 2009

PHRASE DU JOUR

L'espérance est derrière moi et devant moi, pendant que je marche sur le fil.

La speranza è dietro e davanti a me, mentre cammino sul filo.

samedi 5 décembre 2009

Grand corps malade - 4 saisons



A l’arrivée du mois de décembre, j’ai bien regardé la hauteur du ciel descendre et l’hiver arriver
J’était presque content de le voir en l’observant se déployer, j’ai mis une veste au dessus de ma veste, pour pas trop cailler
J’ai vu la nuit qui tombait tôt et les gens qui marchaient plus vite
J’ai vu la chaleur des bistrots avec de la buée sur les vitres
La dessus la nature est fidèle
J’ai vu le jour se lever tard, j’ai vu les guirlandes de Noël qui m’ foutent le cafard
J’ai aimé avoir les mains gelées pour les mettre au fond de mes poches
J’ai adoré marcher dehors quand tu sais que la maison est proche
J’ai souri bêtement en voyant qu’y avait plus de fleurs sur les balcons
J’ai regardé le ciel tout blanc, y’avait même des flocons
Certains matins j’ai vu que le givre avait squatté derrière les fenêtres
J’ai vu les gens revenir du ski avec la marque des lunettes
J’commençais juste à m’y habituer mais les jours ont rallongé et j’ai compris que le printemps allait emménagé

Le mois de mars avait tracé en un battement de cils et on m’a dit qu’en avril faut pas s’ découvrir d’un fil
Mais moi j’ai peur de rien alors malgré les dictons vieillots, j’ai enlevé une de mes deux vestes pour pas avoir trop chaud
J’ai vu les arbres avoir des feuilles et les filles changer de godasses
J’ai vu les bistrots ouvrir plus tard avec des tables en terrasse
Y’ avait plein de couples qui s’embrassaient, c’est les hormones, ça réagit
C’est la saison des amours et la saisons des allergies
C’est vrai qu’ j’ai eu le nez qui coule et j’ me suis frotté les yeux
Mais j’ai aimé la chair de poule pendant un coup de vent affectueux
Sur les balcons ça bourgeonnait, j’ai ri bêtement à cette vision
J’ai regardé le ciel bleu pâle, y ‘avait même des avions
Ma factrice a ressorti le vélo, j’étais content pour elle,
Content aussi pour le daron qui aime le retour de hirondelles
J’ commençais juste à m’y habituer mais l’ thermomètre a augmenté
J’ai compris c’ qui nous pendait au nez, c’était l’été

Au mois de juin on change de teint, fini d’être albinos
C’est la période des examens, et puis celle de Roland Garros
Ça sent les vacances à plein nez il va être l’heure de se tire
Et j’ai enlevé ma dernière veste pour pas transpirer
J’ai vu qu’il faisait encore jour même après le début du film
Pour ceux qui ont des poignées d’amour il est trop tard pour le régime
Les mecs sont assez excités et ça les préoccupe que les filles sortent leur décolleté et leur mini jupe
J’ai aimé rechercher l’ombre quand y’ avait trop de soleil
J’ai aimé dormir sans la couette pour rafraîchir le sommeil
Sur les balcons c’était la jungle y’ avait plein de fleurs et plein de feuillage
J’ai regardé le ciel tout bleu, y’ avait même pas de nuage
J’ai adoré conduire la nuit, la vitre ouverte en grand avec le bras gauche de sorti qui fait un bras de fer contre le vent
J’ commençais juste à m’y habituer mais j’ai vu une fleur fanée et j’ai compris que l’automne était déterminé

C’est surtout à partir d’octobre qu’ c’est la saison la plus austère
Moi bizarrement je la trouve noble, c’est celle qui a le plus de caractère
J’ai vu des feuilles qui tournoyaient comme des ballons de baudruche
J’ai remis une de mes vestes, avec une capuche
J’ai vu la pluie, j’ai vu le vent et un rayon de soleil malade
J’ai vu les K-way des enfants qui partent aux châtaignes en balade
J’ai marché dans les feuilles mortes et sur les trottoirs mouillés
J’ai vu les parcs changer de couleur, ils étaient tout rouillé
J’ai aimé les lumières de la ville qui se reflètent dans les flaques et les p’tites bourrasques de vent qui mettent les brushings en vrac
Sur les balcons y’ avait que des branches, sans feuilles et sans raison
J’ai regardé le ciel tout gris, y’ avait même plus d’horizon

Puis l’hiver est revenu et les saisons se sont perpétuées
Les années passent, la vie aussi, on commençait juste à s’y habituer
On est les témoins impuissants du temps qui trace, du temps qui veut que les enfants deviennent des grands
Et que les grands deviennent des vieux

mercredi 25 novembre 2009

PHRASE DU JOUR

"Vivre bien et vivre heureux, voilà deux choses différentes. Et sans un peu de magie, il est certain que je ne connaîtrai pas la seconde." (Wolfang Amadeus Mozart, compositeur autrichien, 1756 - 1791)

"Vivere bene e vivere felici sono due cose diverse. E la seconda, senza qualche magia, non mi capiterà di certo."

mardi 24 novembre 2009

Ali di Babbo - Milena Agus

Vorrei dedicare questa bellissima storia a tutti gli amici sardi e gli amici italiani che amano la Sardegna.

Cheria dedicare custa bell'istoria a tottus sos amigos sardos e a sos amigos italianos chi aman sa Sardigna.


A madame vogliamo bene. Come non volergliene quando ti porta il pane e la pasta fatti in casa e i dolci e d'estate i pomodori con il gusto di quando gli adulti erano piccoli. Ma pensiamo che è matta per questa sua follia di voler salvare, da sola, la Sardegna dal cemento, di non vendere e rimanere povera, di impedire anche a noi di diventare ricchi.


Nella mia famiglia, l'unica oltre ai vicini e a madame ad abitare qui tutto l'anno, anche nonno prima la pensava cosi', invece ora dice che nella vita si fanno tanti sforzi per adattarci al pensiero dominante, che ci sembra il migliore perché è quello della maggior parte della gente, mentre in molti casi dovremmo usare le energie per cambiarlo, questo modo di pensare comune, e qualcuno bisogna pure che inizi.


Madame non ha un giardino, perché cosa c'è di piu' bello che in inverno i narcisi sulla collina, il cisto fiorito e i fiori azzurri del rosmarino in primavera e i gigli selvatici in estate? Soltanto ai lati del cortile coltiva dei fiori che ormai non si vedono piu' da nessuna parte, le fucsie, la passiflora, i gigli rossi. Cerca anche di far crescere un cappero, con quei fiori che sembrano gli uccelli magici delle favole, ma non c'è niente da fare, la terra è troppo buona per il cappero e magari lo si vide a Cagliari, o a Villasimius, sui muri, e qui niente.


Sulle colline, nei versanti a sud est al riparo dal maestrale, abbiamo i mandorleti e facciamo un po' di soldi con le mandorle, che si vendono a caro prezzo per i dolci sardi e con la verdura e la frutta degli orti, sopratutto i pomodori di madame, che al mercato a Cagliari d'estate vanno a ruba e tutti si chiedono come mai non sanno di acqua e hanno davvero il gusto di pomodoro e, sembra impossibile, ma piu' che non gli ospiti dell'albergo, madame campa con i pomodori e le conserve.


A proposito dei vicini e del fatto che loro vorrebbero vendere, madame non capisce come delle persone cosi' religiose e buone, che fanno la preghiera prima di mangiare per ringraziare Dio del cibo, non lo ringrazino anche per questo pezzo di paradiso terrestre e vogliano permettere che costruiscano tanti cubi di cemento, ciascuno con il suo praticello all'inglese e tante strade adatte alle macchine e tutto per i soldi. Come se non si dovesse difendere l'opera del Signore anche quando non ci fa comodo.


Quando i costruttoti dei villagi turistici fanno visita a madame, lasciano le loro belle auto vicino alla statale e madame va a prenderli all'inizio della strada bianca con la sua Ferrarina scassata, che tanto di piu' non si puo' ammaccare. Ai costruttori madame ripete sempre che non puo' vendere, perché vive di questo posto, delle colture e della casa albergo. Allora i costruttori cercano di farle capire che se vendesse non avrebbe certo bisogno della frutta e verdura per vivere, né di fare la serva a non piu' di otto ospiti, con tutto il rispetto, e scusando la volgarità, rincoglioniti, che camminano per chilometri sotto il sole e fra le spine prima di arrivare al mare.


Appena trasferiti qui, chiesero a nonno di vendere, e poi anche ai vicini. Tutti pensammo che la Fortuna girasse di nuovo a nostro favore, che forse in fondo babbo avava ragione, ma i costruttori dei nostri terreni ai margini e senza accesso al mare non se ne facevano niente, se non vendeva madame, che aveva la terra proprio in mezzo e sopratutto confinante con la spiaggia.


Poi, con il tempo e l'amicizia di madame, nonno ha
cambiato idea e secondo mamma ad ammazzare nonna Elena è stato soltanto babbo, ma anche madame, che ci ha impedito di diventare nuovamente ricchi e ha fermato con le sue mani la ruota della Fortuna. Ma la speranza c'è sempre. I costruttori tornano. Madame è gentile e carica le loro auto di ogni bendiddio. Ma di vendere nemmeno per sogno. I vicini, per quello che li riguarda, pensano che Dio abbia qualche suo piano imperscrutabile a proposito di questa terra e si serva, par attuarlo, di una povera donna come madame, senza marito e senza titolo di studio, e diciamolo, senza cervello. Nonno i costruttori li odia e quando vengono va al cancello e li fissa senza parlare in modo minaccioso come se fossero dei ladri e non dei benefattori che vogliono farci diventare ricchi.

lundi 23 novembre 2009

Ali di Babbo – Milena Agus

Dedico questa bellissima storia a tutti gli amici sardi e gli amici italiani che amano "sa Sardinia".


A madame vogliamo bene. Come non volergliene quando ti porta il pane e la pasta fatti in casa e i dolci e d'estate i pomodori con il gusto di quando gli adulti erano piccoli. Ma pensiamo che è matta per questa sua follia di voler salvare, da sola, la Sardegna dal cemento, di non vendere e rimanere povera, di impedire anche a noi di diventare ricchi.


Nella mia famiglia, l'unica oltre ai vicini e a madame ad abitare qui tutto l'anno, anche nonno prima la pensava cosi', invece ora dice che nella vita si fanno tanti sforzi per adattarci al pensiero dominante, che ci sembra il migliore perché è quello della maggior parte della gente, mentre in molti casi dovremmo usare le energie per cambiarlo, questo modo di pensare comune, e qualcuno bisogna pure che inizi.

A proposito dei vicini e del fatto che loro vorrebbero vendere, madame non capisce come delle persone cosi' religiose e buone, che fanno la preghiera prima di mangiare per ringraziare Dio del cibo, non lo ringrazino anche per questo pezzo di paradiso terrestre e vogliano permettere che costruiscano tanti cubi di cemento, ciascuno con il suo praticello all'inglese e tante strade adatte alle macchine e tutto per i soldi. Come se non si dovesse difendere l'opera del Signore anche quando non ci fa comodo.

Quando i costruttoti dei villagi turistici fanno visita a madame, lasciano le loro belle auto vicino alla statale e madame va a prenderli all'inizio della strada bianca con la sua Ferrarina scassata, che tanto di piu' non si puo' ammaccare. Ai costruttori madame ripete sempre che non puo' vendere, perché vive di questo posto, delle colture e della casa albergo. Allora i costruttori cercano di farle capire che se vendesse non avrebbe certo bisogno della frutta e verdura per vivere, né di fare la serva a non piu' di otto ospiti, con tutto il rispetto, e scusando la volgarità, rincoglioniti, che camminano per chilometri sotto il sole e fra le spine prima di arrivare al mare.

Appena trasferiti qui, chiesero a nonno di vendere, e poi anche ai vicini. Tutti pensammo che la Fortuna girasse di nuovo a nostro favore, che forse in fondo babbo avave ragione, ma i costruttori dei nostro terreni ai margini e senza accesso al mare non se ne facevano niente, se non vendeva madame, che aveva la terra proprio in mezzo e sopratutto confinante con la spiaggia.



Poi, con il tempo e l'amicizia di madame, nonno ha cambiato idea e secondo mamma ad ammazzare nonna Elena è stato soltanto babbo, ma anche madame, che ci ha impedito di diventare nuovamente ricchi e ha fermato con le sue mani la ruota della Fortuna. Ma la speranza c'è sempre. I costruttori tornano. Madame è gentile e carica le loro auto di ogni bendiddio. Ma di vendere nemmeno per sogno.



I vicini, per quello che li riguarda, pensano che Dio abbia qualche suo piano imperscrutabile a proposito di questa terra e si serva, par attuarlo, di una povera donna come madame, senza marito e senza titolo di studio, e diciamolo, senza cervello. Nonno i costruttori li odia e quando vengono va al cancello e li fissa senza parlare in modo minaccioso come se fossero dei ladri e non dei benefattori che vogliono farci diventare ricchi.

Un fiore di Amicizia di Alessandra

..grazie ..


Un semplice 'grazie' alle meravigliose persone che ho conosciuto qui, ognuna diversa dall'altra,uniche e speciali . Il blog, anche se 'solo' espressione virtuale, lascia trapassare spiragli delle nostre essenze. Apprezzo le mille e una sfaccettature dell'essere umano,mi piace partire alla loro scoperta e poi avventurarmi in esse, l'avventura blog è un pò come un viaggio, che arricchisce il nostro bagaglio di vita di emozioni ,di emozioni non solo nostre, ma soprattutto altrui, grazie a tutti voi per emozionarmi e sorprendermi ogni giorno !


Alessandra
Oggi vorrei regalarvi un fiore .. prendetelo pure dal mazzo ... :)


Un grande grazie a te, cara Ale, di cuore... Ti bacio e ti abbraccio forte.

lundi 26 octobre 2009

Ho bisogno d'amore - Paolo Meneguzzi


Certe sere spengo la luce e rimango per ore da solo con me, resto lì con la radio accesa a guardare nel buio perchè faccio i conti con la mia vita e poi dico a me stesso adesso o mai più, cerco le intenzioni migliori, piango tutti gli errori perchè ho bisogno d'amore e di aprire il mio cuore in un mondo che corre più veloce di me, di cercare un mio senso delle cose a cui penso.

Ho bisogno di te, dimmi dove sei, resto lì a guardarmi allo specchio e mi chiedo se un giorno io ti incontrerò. Forse questa notte anche te vuoi parlare con me perchè hai bisogno d'amore e di aprire il tuo cuore, in un mondo che corre più veloce di te, di cercare un tuo senso delle cose a cui pensi, hai bisogno di me, dimmi dove sei, hai bisogno d'amore.

Ho bisogno di te, ho bisogno d'amore e di aprire il mio cuore in un mondo che corre più veloce di me, di cercare un mio senso piccolissimo e immenso, ho bisogno di te, dimmi dove sei, ho bisogno d'amore. Ho bisogno di te, hai bisogno di me, dimmi dove sei, ho bisogno di te, dimmi dove sei.


Ma che lingua... che lingua ! La piu' bella che esiste al mondo. I miei radici sono francesi, il mio cuore è italiano, per sempre. Datemi un'altra vita che io mi svegli italiana. ITALIAMORE...

vendredi 16 octobre 2009

Io ho te - Biagio Antonacci



Se voir le plus possible et s'aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu'un désir nous trompe ou qu'un remords nous ronge,
Vivre à deux et donner son coeur à tout moment.

Respecter sa pensée aussi loin qu'on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d'un songe,
Et dans cette clarté respirer librement,
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

Vous dont chaque pas touche à la grâce suprême,
C'est vous, la tête en fleurs, qu'on croirait sans souci,
C'est vous qui me disiez qu'il faut aimer ainsi.

Et c'est moi, vieil enfant du doute et du blasphème,
Qui vous écoute et pense, et vous réponds ceci :
Oui, on vit autrement, mais c'est ainsi qu'on aime.

Alfred de Musset

dimanche 27 septembre 2009

Regalo di Alessandra

giovedì 24 settembre 2009

un piccolo regalo per tutti i miei amici

Cari amici, oggi vorrei farvi un piccolo regalo ..preferisco non definirlo "premio", sono troppo pudica per farlo, mi sento strana a "premiare", .. accettate questo mio piccolo dono in segno di gratitudine e della mia amicizia per voi , per tutti, e dico tutti, i miei Amici blogger, con affetto e simpatia.
Alessandra


Cara Ale...

Grazie di cuore, sei un tesoro ! Lo prendo questo regalo di te e mi tocca di sapere che c'è un'amica come te per me e per noi tutti.
Un bacio di cuore, bella :)

jeudi 24 septembre 2009

Dino BUZZATI – "Non è mai finita"

A questo mondo non è mai finita, disse la signora Amelia Briz. Stia un po' a sentire. Io sono siciliana, nata in un povero paesello sospeso tra le rupi, in cima a una montagna. Di lassù, si vede il mare e il paesaggio è un paradiso, ma per il resto si è rimasti indietro di due secoli. Il nome ?... lasci perdere. I miei compaesani sono gente cosi' ombrosa… è forse meglio sorvolare. Lo chiamero' convenzionalmente Castellizzo. (Sicilia)

Bene. Dalla stanza dove sono nata si vedeva, lontana, una città, stesa lungo il mare. Di notte era tutto uno sfavillare di lumini. E i fari. E i piroscafi. E i treni coi finestrini accesi. Trapani ? Lei dice ? Be', facciamo pure conto fosse Trapani. Al calar della sera, appoggiata al davanzale, io rimiravo quelle luci. Laggiù era la vita, il mondo, il sogno ! (Trapani)


Quando ebbi compiuti i dodici anni, tanto feci che i miei si persuadero a mandarmi a vivere in città, ospite di una zia. Così potevo continuar gli studi. Credetti di impazzire dalla gioa. Ma dopo un mese che ero a Trapani già ascoltavo rapita ciò che raccontavano i forestieri giunti da città molto piu' grandi. Mi sembravano di razza diversa. Ah, povera Trapani, come eri piccola e squallida al confronto. Palermo ! Messina ! Quella sì era civiltà sul serio.
(Baia di Palermo)

Mi aiutò la fortuna. Fui chiesta in moglie dal barone Cristolera, un perfetto gentiluomo. Aveva un palazzo magnifico a Messina. Accettai, gli volli bene, mi illusi di non essere più la piccola provinciale di una volta.
Certo, a Messina conobbi della gran bella gente, autentici signori. Ma da Roma venivano ogni tanto certi tipi affascinanti ; parlavano con l'"erre", racontavano cose nuove e strane, pettegolezzi enormi, ci guardavano un po' dall'alto in basso. (Taormina - provincia di Messina)

Per farla breve, cominciai a sognare Roma. Messina ormai mi sembrava un buco, da non poterci respirare più. Dai e dai, mio marito si decise ; tanto, non gli mancavano i quattrini. Trascolammo nella capitale.
Dovevo essere contenta, no ? Roma non è mica un paesello. Grandi nomi, società internazionali, caccia alla volpe, scandali, cardinali, ambasciatori. Eppure, cosa vuole ? Quei grandi personaggi che dall'estero venivano volentieri ad abitarci, ci venivano per fare la bella vita, non per altro, come quando si è in vacanza, come se Roma non fosse che un famoso posto di villeggiatura : ma in fondo non la prendevano sul serio. Il loro mondo vero era lontano, le vere grandi capitali della terra erano altre. Parigi, Londra, mi capisce ? E io, li invidiavo. (Roma)

Roma cominciò a scottarmi sotto i piedi. Sospirai l'Etoile, Picadilly. Per caso in quel periodo Cristolera e io ci separamo. Seguì un regolare annullamento. Ero ancora una bella donna. Conobbi Briz, il grande finanziere. Quando si nasce fortunate !
Sempre più cosmopolita, sempre più in alto nella scala delle residenze umane. Era una mania balorda, però soltanto oggi lo capisco. Divenuta ufficialmente Mrs. Briz, grazie ai milliardi del marito, non avevo più che l'imbarazzo della scelta. (Londra)

Mi stabilì a Parigi, poi Parigi mi sembrò piena di polvere. Londra, per due anni. Ma anche Londra era un traguardo. La piccola provinciale siciliana aveva fatto la sua strada. (Parigi)


Ma non era così come pensavo. Per la gente "molto su", Nuova York era una cafonata insopportabile. I veri aristocratici ci stavano solo lo stretto necessario. Preferivano Boston, Charleston. Città più vecchie, quiete, riservate. E potevo io essere da meno ? Tuttavia anche di là i raffinatissimi emigravano. Chi nei deserti, chi nelle isolette des Pacifico. Anch'io mi avviai per quei pazzi itinerari. (New York)


Ahimè, la società più filtrata ed esigente ebbe a noia il Pacifico e i deserti. Prese l'aereo verso est, ritornò alla vecchia stanca Europa. Non già per infognarsi nella volgarità di Londra o di Parigi. Macché. Andava in cerca di eremi ed esilii, di conventi, di ruderi e rovine. E io dietro.


Proprio sopra il mio paesello siciliano sorgeva un castello diroccato. La moda ! L'eleganza del saper vivere moderno ! Un grande poeta peruviano ha fatto restaurare la bicocca, in breve il posto è diventato celebre. Oggi al mondo non c'è niente di più chic che possedere una casetta a Castellizzo. E così, gira e gira, ho finito per ritornare al mio paesello, proprio là donde sono partita. E la sera, dalla mia stanza di bambina, guardo i lumi della città sul mare. E certe volte ho l'impressione di essere ancora quella di una volta, e che gli anni non siano mai passati. E penso : sogno ! E fantastico un giorno o l'altro di partire. Lo vede dunque che non è mai finita ?


mardi 15 septembre 2009

PHRASE DU JOUR

Vous êtes vos pinceaux et vos couleurs. Peignez le paradis et entrez-y !

dimanche 13 septembre 2009

PHRASE DU JOUR

« Bienheureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière. » (Judith Malina - écrivaine, actrice de théâtre et de cinéma américain - 1926)

Le cadeau

Quel magnifique mot que le mot cadeau ! En l'entendant, nos yeux pétillent de joie et notre sourire s'épanouit illuminant notre visage. Pourtant derrière l'idée de magie qui lui est attribué se trouve parfois une réalité bien éloignée de toute féérie.

Nous jouons tous le jeu de l’échange volontaire obligatoire. Nous offrons en partie parce que nous le voulons bien, et en partie parce que la tradition nous y oblige. Nous sommes même soumis à une triple obligation : celle de donner, de recevoir (qui ose dire « non merci » à un cadeau ?) mais aussi celle de rendre cadeau pour cadeau, faute de quoi nos relations peuvent être rompues. Ces règles ont des conséquences. En principe, nos cadeaux sont des témoignages d’amour, comme une nourriture affective qui trouve son origine dans le don de nourriture de la mère à son enfant. Le cadeau est donc celui qui, de la même manière, satisfait le besoin le plus intime de la personne qui le reçoit. Mais en réalité, donner c’est aussi prendre. Cette idée choque notre imaginaire judéo-chrétien où le don se doit d’être gratuit et désintéressé, mais pourtant nous mettons notre bénéficiaire en position de débiteur lorsque nous lui offrons un présent. Nous attendons en quelque sorte un retour sur investissement. Aussi, sous des dehors généreux, nos cadeaux sont donc avant tout des demandes d’amour.


Chaque enfance est marquée par de magnifiques surprises qui nous ont comblés mais aussi par des cadeaux ratés : ceux que nous avons tant espérés – un vélo, un train électrique, une poupée – et qui ne sont jamais venus, nous signifiant ainsi l’incapacité de nos parents à nous donner à ce moment-là l’amour tant attendu. Sensé symboliser celui qui le reçoit, lorsque nous offrons un présent à quelqu’un, nous présumons de ses goûts et de ses centres d’intérêt. C’est pourquoi un cadeau raté nous blesse tant, car celui-ci révèle à quel point le donateur nous connaît mal et montre l’image dans laquelle il essaie de nous enfermer.


A l'image des rêves que nous faisons lorsque nous dormons, les cadeaux portent en eux tout un langage codifié, dont l'interprétation nous informe à la fois sur notre donateur et sur les rapports qui nous unissent à lui. Du présent offert pour le simple bonheur de faire plaisir, à l'absence totale de cadeau, toute une gamme de cadeaux empoisonnés se décline.



Il y a, par exemple, ceux qui nous donnent une responsabilité que nous n’avons pas choisie. A mon travail, j’ai eu un jour une collègue à qui son petit ami avait offert un chien – un Labrador – alors qu'elle vivait en appartement et qu’elle ne lui avait rien demandé. En guise de cadeau, c’est une somme de contraintes que son compagnon lui avait offert, comme s’il s’agissait d’un moyen de la tenir en laisse. Le cadeau empoisonné, c’est aussi celui qui revient à nier la place de quelqu'un au sein de sa famille : une grand-mère, par exemple, qui offre à sa petite fille le cadeau que sa mère lui avait refusé ou qui la prive du plaisir et de l'autonomie de choisir ou d’acquérir elle-même l’objet offert. Quelle liberté lui reste-t-il alors ?


Tout le monde a, je crois, le souvenir de cadeaux utiles mais décevants : la fameuse pelle à tarte, le minuteur pour la cuisson des œufs, le sceau à glaçons… Pas seulement décevants parce qu’ils sont terre à terre, dénués de poésie ou de rêve, mais surtout parce que certains véhiculent au passage un message indélicat. Offrir un programme minceur à sa femme ou un recueil de recettes de cuisine à sa belle-fille revient, sous prétexte de leur apporter de l’aide, à désapprouver leur apparence ou leurs talents. La belle-mère qui part acheter un pyjama de grand-mère rose bonbon en polaire, taille 44, alors que sa belle fille fait du 38 ou le mari qui offre un superbe collier à sa femme et les boucles d’oreilles qui vont avec, mais à sa sœur… peuvent vexer et humilier pour longtemps les personnes et sont autant d’occasions de régler des comptes.


Et puis il y a les cadeaux vraiment embarrassants. L’épouvantable objet décoratif que quelqu’un nous a offert et qu’il nous faut extirper de sa cachette dès qu’il vient dîner… Le pire étant qu’il crée un sentiment d’obligation. Le rendre est insultant, le garder revient à accepter un objet que nous n’aimons pas et que nous ne voulons pas. Dilemme !


Quant aux donateurs, il en existe également de toutes sortes. Certains assoient leur pouvoir par des dons qui n'en sont pas. Se conduisant tel l’empereur Caligula faisant pleuvoir des cadeaux sur la foule, ils se mettent en position haute par leurs largesses. La grande générosité est parfois un indice fort de la volonté de domination. Gare au grand seigneur qui nous couvre de cadeaux ! Sa prodigalité peut être une façon insidieuse de prendre l’ascendant sur nous jusqu’à nous mettre sous sa coupe et nous asphyxier totalement.



D'autres ne donnent que de l’argent. Il peut parfois s'agir d'une manière de se dédouaner de tout, un contrat tacite disant en substance : « Ne me demandez rien et je vous rétribuerai pour cela en retour ». Ce pacte leur évite de se sentir coupable tout en s'impliquant peu. Le cadeau est facile, vite expédié, impersonnel. Il n'engage pas l'intimité de la personne et le lien qui subsiste n'est que superficiel et illusoire.


Ceux qui n’offrent jamais rien ou pas grand-chose cachent souvent, sous des dehors radins, une fragilité narcissique. Ils n’ont peut-être pas été élevés dans l’idée qu’ils pouvaient faire plaisir et en ont gardé un manque de confiance dans leur propre générosité. Plutôt que de donner d’eux-mêmes au risque de décevoir, ils préfèrent offrir du conventionnel à petit prix ou s’abstenir, et souffrent du dépit de leurs proches.


Diverses personnes vivent ce rituel comme une telle corvée, qu’ils partent faire leurs achats une demi-heure avant la fermeture des magasins. Certains font ça tout le temps, incapables de donner quoi que ce soit d’eux-mêmes, incapables de faire un cadeau. Probablement se sentent-ils forcés, obligés de répondre à cette exigence annuelle imposée par la tradition, la famille et la société. Ils envoient parfois leurs cadeaux plusieurs jours après l’événement ou bien le cadeau n’est pas emballé ou encore ils ont chargé quelqu'un d'autre de s'en occuper à leur place. Il peut aussi s'agir d'un événement vécu comme une épreuve difficile. Certains mettent tant d'exigences, tant d'attentes dans leur désir d'être compris et comblés que leur offrir un cadeau se transforme en un défi à relever avec maestria chaque année, enlevant toute sincérité et spontanéité dans le geste d’offrir.


Enfin, il y a ceux qui soignent l’emballage. Au-delà de l’objet offert, il y a l’attention portée à la mise en scène. Préparer avec un grand soin une surprise, fabriquer l’emballage ou le cadeau, c’est honorer le bénéficiaire de sa créativité et de son temps. Mais ce que la personne qui offre le cadeau met aussi en jeu ici, c’est son identité. L’originalité du présent est une manière d’affirmer sa singularité et une demande de reconnaissance.



On fait un cadeau pour faire plaisir et aussi pour plaire. Il y a l’envie de dire son amitié, son amour et ça peut-être parfaitement spontané et sans arrière-pensée. Nous aimons faire des cadeaux, donner nous rend heureux car nous faisons preuve de notre joie, de notre vitalité, nous nous sentons généreux, riche de quelque chose que nous allons partager sincèrement. Mais nous attendons aussi quelque chose en retour, nous espérons qu’on va nous apprécier, que nous allons éveiller une réaction et un intérêt chez l’autre.

vendredi 11 septembre 2009

PHRASE DU JOUR

«Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent» (Chateaubriand, écrivain et homme politique français, 1768-1848)

Sogni mancini (1996) – Francesca DURANTI

Maria Francesca Rossi - nota come Francesca Duranti è nata a Genova (1935) e vive tra la campagna lucchese e New York. Giurista, traduttrice di Virginia Woolf e scrittrice di successo, ha pubblicato i romanzi La bambina (1976 e 1985), Piazza mia bella piazza (1978), e si è affermata in Italia e nel mondo con il romanzo La casa sul lago della luna (1984). Ha scritto ancora Lieto fine (1987), Effetti personali (1988), Ultima stesura (1991), Progetto Burlamacchi (1994), Sogni mancini (1996), e Il comune senso delle proporzioni (2000).

Al capezzale della madre morta, la protagonista ritrova tracce del proprio passato. Nel romanzo si rincorrono storie di ieri e storie di oggi, un passato povero in un paese ricco di tradizioni e memorie e un presente che può diventare opulento ma a costo di un azzeramento memoriale.

"Mi hanno detto che è morta alle sette e mezza del mattino, proprio mentre il mio aereo atterrava al Leonardo da Vinci. Il pilota aveva girato sopra Roma per quasi un’ora cercando un buco nella tempesta autunnale che infuriava sulla città. Poi riuscì a tuffarsi in una voragine nera e a noi passeggeri sembrò di venir giù come un sasso dentro un pozzo. Quando le ruote toccarono terra, lasciai andare i braccioli a cui mi ero aggrappata e guardai l’ora: le sette e mezza, appunto.
Incredibile. Potrei cavarne una lecture da tenere a voi, ragazzi, cominciando proprio da questo punto. Di preciso non sono dirvi il perché. Certo è che più volte, nei giorni che seguirono, mi è capitato di pensare a me stessa che arrivavo nell’istante in cui lei se ne andava, e di trovare mirabili, ancorché elusivi, significati a quel perfetto tempismo del destino.
Cominciamo dunque di lì, da me che tocco terra a Fiumicino, convocata d’urgenza da Carmelina, proprio mentre mia madre questa terra la lascia per sempre.
Correndo lungo gli interminabili nastri trasportatori dell’aeroporto raggiunsi appena in tempo il DC8 in coincidenza, che mi riportò su sobbalzando, oltre la massa sconvolta di nuvole temporalesche. Trentacinque minuti per volare fino a Pisa, altrettanti per farmi condurre da un taxi a Nugola Vecchia e mia madre era già tutta vestita di nero sul suo catafalco, le mani intrecciate attorno al libro da messa, il viso liscio, le narici trasparenti come una santa di cera nella nostra originaria terra lucana.
Carmelina era in piedi al suo fianco, anche lei vestita di nero, attorniata dal marito e dalle due cognate. Tutti e quattro erano rigidi e solenni come carabinieri a guardia del monumento al Milite Ignoto. Mi venne incontro e mi abbracciò. Il suo seno si gonfiò e si sgonfiò in un sospiro di disapprovazione. (…)
Mia sorella Carmelina parla con un accento toscano esagerato, che non esiste in natura. Per emettere quelle "c" così superlativamente aspirate impegna tutte le forze, al punto che già per due volte ha dovuto farsi operare di un polipo alle corde vocali. In segno di rispetto alla nostra comune terra d'origine, quando parlo con lei mi sforzo, al contrario, di recuperare nel mio accento qualche eco della Lucania, anche quello ormai innaturale.
Mia sorella è nata quando la familia si era già trasferita a Nugola, ha sposato un dentista e ora vive a Livorno. Ha perduto contatto con il passato. Di Forenza, il nostro paese d'origine, non sa niente, perchè è tornata al sud solo per qualche lontano Natale che neppure la mia memoria, benché io fossi la più grande delle due, riesce a far rivivere. Ma è come se lei non avesse neppure respirato quell'aria speciale che c'era in casa nostra. C'era un clima meridionale, da noi. Non dipendeva solo dal leggero accento, che entrambi i nostri genitori hanno conservato fino alla morte, ma da certe usanze natalizie e pasquali, dal cibo, da certi strumenti per la cucina, dal modo di fare il pane e le conserve.
Quello che invece non affiorava mai erano i fatti, le notizie. Una, in particolare, di cui avrei avuto bisogno poche ore dopo la morte di mia madre e che lei più di chiunque altro avrebbe potuto fornirmi. Ecco perché mi appare così enigmaticamente significativo il capriccio del caso: perché, perché farmi arrivare proprio mentre se ne andava lei, che era probabilmente all'origine di tutto?"

dimanche 16 août 2009

Définitions...

Le Petit Larousse ® offre chaque année quelques mots dont la définition a été revue et corrigée...

AIDE AU TIERS MONDE : aide payée par les pauvres des pays riches pour aider les riches des pays pauvres. (Robert Burron)


AMI - AMIE : se dit d'une personne du sexe opposé qui a ce "Je ne sais quoi" qui élimine toute envie de coucher avec elle.


AMOUR : mot en 5 lettres, trois voyelles, deux consonnes et deux idiots.


AUTO-STOPPEUSE : jeune femme généralement jolie et court vêtue qui se trouve sur votre route quand vous êtes avec votre femme.


AVOCAT : seule personne qui écrit un document de 10.000 mots et l'intitule "Sommaire". (Franz Kafka)


BABY SITTER : adolescente tenue de se conduire comme une adulte, de manière à ce que les adultes qui sortent puissent se comporter comme des adolescents.


BAGNOLE : vieille auto dont toutes les pièces font du bruit, sauf la radio.


BANQUIER : homme qui te prête un parapluie par beau temps et qui te le reprend lorsqu'il commence à pleuvoir. (Mark Twain)


CAPITALISME : Régime dans lequel l'homme exploite l'homme. En régime socialiste c'est l'inverse.


CONFIANCE : liberté que l'on accorde à une personne pour qu'elle fasse des bêtises.


CONSULTANT : celui qui retire la montre de ton poignet, te donne l'heure et te fait payer le service.


DANSE : expression verticale d'un désir horizontal.


DÉMOCRATIE : régime où tout le monde a le droit de dire que l'on est en dictature. (Georges Hahn)


DICTATURE : régime où tout le monde doit dire que l'on est en démocratie. (Georges Hahn)


DÉSILLUSION : sentiment ressenti lorsque le superbe postérieur ne coïncide pas avec le visage qui se retourne.


DIPLOMATE : celui qui te dit d'aller te faire foutre d'une telle façon que tu as très envie de commencer le voyage.


ÉCONOMISTE : expert qui saura demain pourquoi ce qu'il a prédit hier n'est pas arrivé aujourd'hui.


EXAMEN ORAL : épreuve d'admission de stagiaires à la Maison Blanche.


FACILE : se dit d'une femme qui a la même morale sexuelle que les hommes.


FEMME : ensemble de courbes qui font redresser une ligne.


GARDE-ROBES : endroit où pendent ses vêtements quand il n'y a plus de poignées de porte disponibles.


JURY : groupe de douze personnes, réunies par tirage au sort, pour décider qui, de l'accusé ou de la victime, a le meilleur avocat.


MISÈRE : situation économique qui a l'avantage de supprimer la crainte des voleurs. (Alphonse Allais)


MARIAGE : union qui permet à deux personnes de supporter des choses qu'ils n'auraient pas eu besoin de supporter s'ils étaient restés seuls.


PARENTS : deux personnes qui apprennent à un enfant à parler et à marcher, pour ensuite lui dire de s'asseoir et de fermer sa gueule.


PÉNIS : une petite racine au bout d'un gros légume.


PÉTER : éternuer dans ses sous-vêtements.


POISSON : animal dont la croissance est excessivement rapide entre le moment où il est pris et le moment où le pêcheur en fait la description à ses amis.


PROGRAMMEUR : celui qui résout un problème que vous n'aviez pas, d'une façon que vous ne comprenez pas.


PSYCHIATRE : homme intelligent qui aide les gens à devenir cinglés.


RICHESSE : seul moyen d'échapper à la misère. (Voir ce mot)


SANG-FROID : chose facile à avoir au mois de décembre.


SCOUT : petit gars habillé en niaiseux qui suit un grand niaiseux habillé en p'tit gars.


TOURISME : activité consistant à transporter des gens qui seraient mieux chez eux dans des endroits qui seraient mieux sans eux.

vendredi 14 août 2009

Jean DUCHE – Elle et lui

Comme j’étais heureux, le jour où j’ai connu Juliette ! J’étais célibataire. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, les célibataires ne connaissent pas leur bonheur. Certaines personnes qui voient tout en noir diront peut-être que l’espèce humaine n’est guère plus savante. Pour l’espèce humaine, je ne suis pas compétent, mais je n’ignore pas les joies du célibat, depuis que j’ai épousé Juliette.
Et puis, à quoi bon discuter ? Elle adore ça, la discussion, mais il y a un fait qu’elle devrait tout de même m’accorder : s’ils connaissaient le bonheur de leur état, les célibataires s’organiseraient pour le protéger, le défendre. Or, qu’est-ce que nous voyons tous les jours ? Ce sont précisément les célibataires qui se marient.
Elle est entrée dans ma vie par la porte du Montana, le Montana est un bar existentialiste, comme on dit, juste à côté du café de Flore. En ce temps-là il n’était pas encore encombré par des jeunes gens en chemises écossaises et pantalons noirs, ni par des jeunes femmes en vice versa. Non, ce corridor tapissé de bouteilles servait de refuge aux gens qui n’avaient pas l’air existentialiste, comme moi, ou comme Jean-Paul Sartre.
Ce soir-là, j’étais justement en train « d’interviouver » sur un tabouret ce philosophe bien connu au sujet de sa philosophie que personne ne connaît. Il faut dire que j’étais journaliste, en ce temps-là.
- L’existentialisme, dit Sartre, qu’est-ce que c’est que ça ?
- Je vous le demande, répliquai-je.
- C’est un dada, dit Sartre. Je suis un dada.
Là, je coupai net le développement de sa pensée.
- Pardon, lui dis-je, existentiellement vous n’êtes rien du tout. Donc vous n’êtes pas dada. Vous existez dada.
- Très juste, dit Sartre en sifflant un pastis. Il considéra un instant le fond de son verre.
Je respectais sa méditation, prêt à noter la déclaration que je sentais venir.
- Voilà, dit-il enfin, un pastis qui n’existe plus.
Nous en commandâmes deux autres.
- Et pourtant il existe encore, reprit-il, mais dans mon estomac. Il aurait pu avoir une existence toute différente dans le vôtre. Prenez…
- Prenez un autre pastis, intervins-je précipitamment.
C’était pour alimenter notre « interviouve ». Le barman, qui s’intéressait à la conversation dans le but de s’instruire, s’empressa de nous apporter encore deux verres, ce qui en fit quatre devant nous. Cependant Jean-Paul Sartre avait ressaisi le fil de sa pensée. Il enchaîna :
- Prenez un autre pastis…
Le barman parut un peu étonné, mais comme il avait du respect pour la philosophie il empoigna sa bouteille. Je l’arrêtai d’un geste.
- Qui dira, murmura Sartre, l’avenir de ce pastis ?
A ce moment le pastis du philosophe fut balayé par le coude d’une jeune femme qui se hissait sur le tabouret voisin. Au lieu de s’excuser, elle éclata de rire.
- L’avenir n’est à personne, dit le barman, qui venait de se convertir à l’existentialisme. Il restait trois verres. Nous en offrîmes un à la belle inconnue. Mon Dieu, comme elle riait bien ! Elle s’appelait Juliette, et je ne compris pas tout de suite que, moi, j’avais fini de rire.

Cela se passait le douze décembre, il y a un peu plus de deux ans. Le quinze décembre elle me dit qu’elle m’aimait. Je trouvai ça normal.
L’avouerai-je ? Je suis joli garçon. Du moins, je l’étais. Maintenant, je ne sais plus, peut-être que ça m’a passé. Etant d’un naturel modeste, il faut qu’on me le dise pour que je le croie. Hélas ! Plus personne ne me le dit – Sauf Juliette, mais elle est de parti pris, elle soupire « tu es beau » quand elle se sent tendre, comme elle hurle que j’ai mauvais caractère quand elle se met en colère. En ce temps-là, les femmes avaient l’habitude de me le dire. Elles ajoutaient généralement qu’elles m’adoraient. Je leur répondais qu’elles étaient adorables. Dans les quarante-huit heures j’étais l’homme de leur vie, et cela durait au moins une semaine, quelquefois plus. Tout ça afin d’expliquer, sans fatuité, que lorsque Juliette m’a avoué qu’elle m’aimait, je m’y attendais un peu. C’est la suite qui m’a surpris.
Nous étions revenus nous poser sur les tabourets du Montana, à l’heure où les lions vont boire, entre chien et loup. Je fais allusion à cette heure incertaine du crépuscule où l’homme libère ses épaules du fardeau de son labeur quotidien et accourt, l’âme guillerette, à la rencontre des femmes parées qui entrent dans la lumière électrique. Heure divine au seuil de la nuit neuve où tout recommence pour les hommes qui ne sont pas mariés.
Donc, nous étions revenus sur les tabourets du Montana.
- Je crois que je vais vous aimer, dit soudain Juliette.
- Pas d’objection, lui dis-je. Ça tombe même très bien, parce que je vous adore. J’ai un petit local où on pourra s’arranger tous les deux.
Elle eut un sourire un peu triste, sa main se posa sur ma main et la tripota tendrement.
- Vous vous gourez, dit-elle.
Je glissai un regard en coin en rencontrai ses yeux. Il n’y avait pas de plaisanterie dans l’air. Ses yeux souriaient, cependant, bien que son visage fût grave. Je sentis comme une buée qui me montait à la tête, et je me mis à sourire moi aussi, bêtement, oh ! si bêtement… Alors un imperceptible éclair de gaieté la traversa, qu’elle ne chercha pas à dissimuler, au contraire, cela voulait dire : vous m’aimez, vous venez de le comprendre, je le sais, et je veux que vous sachiez que je le sais.
- Je suis fait comme un rat, dis-je, amèrement.
- Moi aussi, dit-elle, joyeusement. Alors nous nous regardâmes bien en face, et nous partîmes tous les deux d’un grand éclat de rire, un éclat de rire comme si nous en avions pour toute notre vie.

jeudi 13 août 2009

Good night and good luck - Georges Clooney (2005)

Ce film est un hommage à Edward R. Murrow, qui prononça ce discours le 25 octobre 1958 et qui retrace la façon dont, dans les années 50, lui, présentateur du journal télévisé de CBS de l’époque, et Fred Friendly, producteur, contribuèrent à la chute du sénateur Joseph McCarthy, à l’origine de la tristement célèbre chasse aux sorcières.



« Ce discours risque de déplaire à certains et lorsque j’en aurais terminé, ils pourront accuser ce journaliste de cracher dans la soupe qui le nourrit quotidiennement et ils pourront aussi accuser votre association d’avoir en son sein un être qui véhicule des idées hérétiques et même dangereuses. Mais la solide structure des chaînes, des agences de publicité et des sponsors n’en sera pas le moins du monde altérée.
C’est par choix et non par devoir que j’ai décidé de m’entretenir avec vos journalistes à propos de la radio et de la télévision. Et quoi que je puisse vous dire, j’en assume seul l’entière responsabilité.

Notre histoire est telle que nous la faisons et s’il se trouve des historiens dans cinquante ou cent ans pour visionner une semaine d’enregistrement de nos émissions sur nos trois réseaux, ils verront des images en noir et blanc et aussi en couleur, qui seront la preuve de la décadence et de la fuite totale face aux réalités du monde où nous vivons. Nous sommes en effet riches, imposants, bien tranquilles et complaisants. Nous sommes totalement allergiques aux informations qui nous dérangent, et nos médias reflètent cet état de fait. Mais à moins de nous réveiller et de reconnaître que la télévision dans sa totalité n’est utilisée que pour distraire, divertir, amuser et isoler les gens, alors cette télévision, ceux qui la financent, ceux qui la regardent et ceux qui y travaillent, risquent de réagir un peu trop tard.

J’ai commencé ce discours en disant que notre histoire sera telle que nous la faisons. Si nous continuons ainsi, alors l’histoire se vengera et le châtiment sera à la hauteur du mal que nous aurons fait. Pendant un instant portons aux nues tout ce qui concerne les idées et l’information. Faisons un rêve et imaginons que certains dimanche soirs, à l’heure où normalement Monsieur Ed Sullivan sévit, nous avons une émission sur l’état de l’éducation en Amérique, et que, une semaine plus tard, à l’heure où sévit Monsieur Steve Allen, nous avons un reportage sur la politique américaine au Moyen-Orient. Croyez-vous que cela serait préjudiciable à l’image de nos respectables sponsors ? Croyez-vous que nos chers actionnaires pourraient sombrer dans une forte colère ? Arriverait-il malheur à plusieurs millions de téléspectateurs qui auraient été éclairés quelque peu sur des sujets qui pourraient déterminer l’avenir de notre pays ? Et par là même, l’avenir de nos entreprises ? A ceux qui disent que les américains ne regarderont pas car ils sont bien trop complaisants, indifférents et individualistes, à ceux-là je répondrai : il existe, et c’est le journaliste qui parle, de nombreuses preuves du contraire, c’est rassurant. Mais si c’était vrai, qu’ont donc à perdre ces personnes ? Parce que s’ils disent vrai, et que la télévision ne sert qu’à divertir, distraire, amuser et isoler les gens, alors notre but est loin d’être atteint, et nous devons reconnaître que la bataille est perdue.
Cet instrument peut enseigner, il peut nous éclairer et être source d’inspiration. Mais il n’a le pouvoir de faire tout cela que si nous sommes déterminés à nous en servir dans cette finalité. Autrement, il ne s’agit que de câble et de lumière dans une boîte.
Bonne nuit et bonne chance ! »
Edward R. Murrow

vendredi 7 août 2009

PHRASE DU JOUR

"Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." (Albert Einstein)

Arsèni VERMENOSA – « Viva la libertat », 1908



Je vous apporte le salut, mes frères et la franche accolade des hommes du Cantal, car la fleur félibréenne a aujourd’hui pris racine et fleurit dans le Haut-Pays. Elle fleurit et elle y grène et en tendant l’oreille quand le vent souffle du Plomb, vous l’entendrez résonner, la belle cabrette qui chante et bourdonne au sommet.
L’âme auvergnate n’est pas encore au cimetière entre les planches d’un cercueil. Sa floraison n’est pas un ultime sursaut de vie et son parler n’est pas éteint. Les imbéciles et les lâches ont bien dit qu’elle était morte, mais ils n’ont pas dit la vérité. L’âme auvergnate est vivante, et puissante et forte, veut conquérir sa liberté.
Et du Midi et de la race méridionale, on n’entendra pas sonner le glas tant que se dressera notre Auvergne immortelle, comme un rempart dans le ciel clair, rempart de basalte et de hautes montagnes gardé par des hommes de cœur qui ont la barbe épaisse et rêche aux joues, la crête rouge et la tête dure.
Nous voulons, du fier Cantal, jusqu’à la Méditerranée, et de la Loire aux flots agités jusqu’aux Pyrénées qui étendent leur dos sous l’ardent soleil espagnol, et des Alpes jusqu’à l’océan braillard qui fume après Bordeaux, nous voulons tous parler la vieille langue maternelle et nous la parlerons, pardi !
Cela, Mistral notre roi de Provence le veut, le clame et l’affirme et tout bon Méridional qui ne le dit pas, le pense ; l’Auvergne le pense et le dit.
Pour sa langue et ses traditions, tout peuple a le devoir de se lever et n’est qu’un bâtard sans une goutte de sang noble celui qui s’en laisse dépouiller. La liberté d’écrire et de parler sa langue ne doit jamais se demander. Elle ne doit pas se demander, les enfants, il faut qu’elle se prenne sans dire à personne : S’il vous plaît.
Le Midi ! Regardez ces plaines, mes frères, ce n’est pas seulement le Quercy ; nos puys, là-haut dressent leurs fières cornes. En aval, c’est le Limousin ; plus bas, plus loin, beaucoup plus loin, c’est la Gascogne où pousse la grande vigne et comme avec un ruban d’argent notre Dordogne nous attache à ce pays. Nous sommes en Languedoc et de la haute terrasse de cet antique Castelnau, je trinque de tout cœur aux hommes de ma race, à tout le pays méridional !

dimanche 2 août 2009

Amicizia dal blog di Pasticcino

Grazie molto Pasticcino, di cuore !

"L'amico è la cometa che guida ma non obbliga, uno sguardo che scruta ma non giudica, corregge ma non umilia, è un cuore che ama ma non esige...."

Vorrei dedicare questo premio ad alcuni fedelissimi:

adamus' site

BONDEARTE

CA R T A T A D I R E S C H E

Emozioni e Sensazioni

Felinità

i love only rock and roll

il piacere di mangiare e non solo

Mondo di Paola

Patri

POESANDO E ARTISTICANDO

sacred fire

Sara

spizzichi

STELLA

Think inside and outside the box

samedi 1 août 2009

« VOLVER » de Pedro ALMODOVAR

Ce qui m’a plu dans Volver, c’est d’abord le dépaysement. La culture et les origines d’un homme qui a vécu l’Espagne d’une certaine époque, et qui a su la garder intacte en lui nous est montrée, à nous, issus d’un pays tout autre. C’est une ouverture pour notre esprit, notre culture, notre compréhension de l’autre et de l’ailleurs.

C’est un univers très singulier qui est préservé, celui de la classe ouvrière espagnole, de Madrid, des superstitions régionales, des traditions, et ça change tellement des films européens ou américains habituels, formatés et dont les scénarios, même s’ils peuvent être très bons, sont souvent prévisibles car c’est un cinéma uniformisé qui a souvent perdu ses racines. Ici, l’univers est différent, cocasse, coloré, vivant, chaud et pittoresque.

Ce qui m’a plu ensuite, c’est qu’Almodovar raconte cette histoire à la façon d’un conte, avec un humour sombre et poétique, un peu comme Tim Burton. J’ai trouvé une maîtrise chez cet auteur qui fait habilement alterner des moments légers comme dans une comédie et d’autres étranges et surnaturels comme dans un film fantastique. Cette ambivalence crée un rythme plein de rebondissements qui ne laissent aucun temps mort. L’histoire passe de drôle à émouvante, le ton de léger à grave ; le scénario est étonnant, inventif : il s’agit de portraits intimes de femmes, de morts qui sont présents au côté des vivants, le tout étant imprégné d'un humour décapant et décalé.

Il y a, d’un côté, des secrets noirs et lourds à porter comme celui de la fille de Pénélope Cruz née d’un viol incestueux, et de l’autre, des merveilleux mouvements de vitalité qui ouvrent sur l’espoir, le dynamisme et le bonheur. Il y a une lutte pour la vie. Rien n’est sinistre et pourtant Almodovar parle de sujets graves. Mine de rien, sans avoir l’air d’y toucher, il raconte des drames humains mais il enchaîne aussitôt sur des légèretés comme par pudeur. Rien n’est lourd. On revient tout le temps à la vie. Il trouve un équilibre parfait entre le fantastique et le quotidien dur, le drame et la comédie.

Les personnages sont émouvants, drôles, forts et fragiles, on a envie de sourire et de rire. Leur humanité nous gagne. Ce film est une leçon de vie, de bonheur simple, un hymne à l’amour, à l’espoir. Les épreuves parfois terribles de ces femmes nous renvoient à cette force vitale que nous avons en nous, à la solidarité sans limites que chacun de nous peut faire surgir, à la capacité à aimer, douter, redouter, vibrer, faire front.

Les différents rôles que Pedro Almodovar attribue aux acteurs sont hors du commun, tout en finesse, en retenue et pudeur : « la grand-mère revenante qui ne peut pas mourir tant qu’elle n’a pas parlé à sa fille et fait la paix avec elle » « la voisine prostituée incarnant la mauvaise vie, mais formidable et fiable amie complice », « la fille qui cherche son identité », « la mère courage qui garde un lourd secret, affronte le pire, protège son enfant, invente des trésors d’ingéniosité pour survivre coûte que coûte », « l’amie atteinte d’un cancer, qui va mourir, qui veut savoir la vérité sur la disparition de sa mère mais pas en reniant certains principes ».

C’est une histoire familiale avec tout son cortège de secrets de famille, de rumeurs, de souvenirs trop longtemps enfouis, de réconciliations et les fantômes du passé ressurgissent pour que les personnages puissent vivre en paix. C’est un film sur la vie, un regard sur la mort. Il y a beaucoup d’amour donné par les uns et les autres, beaucoup d’humilité aussi. Ce sont toutes les dimensions de l’être humain qui sont balayées et montrés dans le film : nos forces, nos faiblesses, nos réactions dans l’adversité, nos cotés sombres et lumineux avec une porte ouverte pour devenir meilleur. On apprend toujours beaucoup en allant voir derrière le miroir…

Les thèmes abordés sont universels. Pedro Almodovar parle de choses simples qui nous concernent tous, il tisse des trames de vies que nous connaissons ou côtoyons. Directement inspirés de la réalité, tout le monde peut se retrouver dans ces personnages. Il y a la vie, la vraie, telle que nous pouvons la vivre, l’amour, la mort, la souffrance, les sentiments forts. Nos forces et nos faiblesses sont là, palpables, montrées sans être dites, chacun étant libre de mettre dessus ses propres mots, pour ne jamais donner de leçons mais proposer des clefs de lecture de nos intimités.

Il faut savoir écrire ce genre d’histoire subtile, où les sentiments sont complexes, intriqués et intimes. Il faut savoir tourner ces scènes de vie prises sur le vif, qui vont fidèlement retranscrire ces sentiments tout en délicatesse, en ayant un ton juste, subtil dosage et coup d’œil qu’il faut avoir pour ne pas tomber dans le mélo, la lourdeur et les longueurs. Ce n’est pas donné à tout le monde de savoir faire ça.

Je ne suis pas une fan d’Almodovar ni de quiconque d’ailleurs. Si un film d’Almodovar sort, je vais avoir envie d’aller le voir, parce qu’il a une patte, une odeur, qu’il y a un vrai travail de professionnel derrière, du talent, que ce sont des histoires qui me parlent, qui me touchent et qui m’instruisent. Mais je ne l’encenserai pas parce que c’est Almodovar.

Ce qui m’a plu enfin, c’est l’hommage superbe que cet homme rend aux femmes, aux mères, aux filles, aux épouses et aux sœurs. Les femmes y sont à l'unisson. C’est un hymne au courage des femmes en général et à celui de 3 générations de femmes dans le film, qui se serrent les coudes, affrontent les pires épreuves et font face. C'est à la fois une histoire simple et complexe, émouvante et horrible. Les hommes n’y ont pas leur place car ils sont souvent à l'origine de ces horreurs cachées.

C’est aussi un hommage aux actrices italiennes des années 50. Pénélope Cruz devient la digne héritière de Sophia Loren avec ses yeux ourlés de noir, sa poitrine plantureuse, ces femmes incarnant la maternité et la sensualité voluptueuse que l’on retrouve dans les films de Visconti, Fellini, etc. Je suis sensible à cet héritage, à la transmission du beau et du vrai, de l’éternel féminin qui sautent d’une génération de cinéastes à l’autre.

Pour terminer, ce qui me touche toujours énormément, c’est quand un homme est capable de si bien raconter les femmes et de parler d’elles avec tant de finesse, de justesse. Il faut avoir une grande sensibilité, une sensibilité et un regard « féminin » pour connaître les femmes de la sorte et si bien les mettre en valeur. Sa sensibilité rejoint la mienne. Quand un cinéaste, en parlant de femmes et des femmes, en construisant des scénarios et des dialogues de et pour les femmes, en dirigeant des actrices, arrive à toucher le cœur et la raison de la femme que je suis, je sens une connivence forte entre lui et moi parce que je me retrouve dans ces portraits, ces scènes et ces dialogues. Je sens que c’est de moi et à moi qu’il parle, d’égal à égal et les différences de sexe sont abolies grâce à cette compréhension.

vendredi 31 juillet 2009

PHRASE DU JOUR

"Dans la vie, l'important ce n'est pas d'avoir le plus beau jeu, mais de bien jouer avec celui qu'on a"

La coscienza di Zeno – Italo Svevo, 1861 - 1928

Allora non sapevo se amavo o odiavo la sigaretta e il suo sapore e lo stato in cui la nicotina mi metteva. Quando seppi di odiare tutto ciò fu peggio. E lo seppi a vent’anni circa. Allora soffersi per qualche settimana di un violento male di gola accompagnato da febbre. Il dottore prescrisse il letto e l’assoluta astenzione dal fumo. Ricordo questa parola assoluta! Mi feri’ e la febbre la colori’: un vuoto grande e niente per resistere all’enorme pressione che subito si produce intorno a un vuoto.
Quando il dottore mi lasciò, mio padre (mia madre era morta da molti anni) con tanto di sigaro in bocca, restò ancora per qualche tempo a farmi compania. Andandosene, dopo di aver passato dolcemente la sua mano sulla mia fronte scottante, mi disse: - Non fumare, veh!
Mi colse un’inquietudine enorme. Pensai: « Giacché mi fa male, non fumerò mai più, ma prima voglio farlo per l’ultima volta ». Accesi una sigaretta e mi sentii subito liberato dall’inquietudine ad onta che la febbre forse aumentasse e che ad ogni tirata sentissi alle tonsille un bruciore come se fossero state toccate da un tizzone ardente. Finii tutta la sigaretta con l’accuratezza con cui si compie un voto. E, sempre soffrendo orribilmente, ne fumai molte altre durante la malattia. Mio padre andava e veniva col suo sigaro in bocca dicendomi: - Bravo! Ancora qualche giorno di astenzione dal fumo e sei guarito!
Bastava questa frase per farmi desiderare ch’egli se ne andasse, presto, presto, per permettermi di correrere alla mia sigaretta. Fingevo anche di dormire per indurlo ad allontarnarsi prima.
Quella malattia mi procurò il secondo dei miei disturbi: lo sforzo di liberarmi dal primo. Le mie giornate finirono coll’essere piene di sigarette e di propositi di non fumare più e, per dire subito tutto, di tempo in tempo sono ancora tali. La ridda delle ultime sigarette formatasi a vent’anni, si muove tuttavia. Meno violente è il proposito e la mia debolezza trova nel mio vecchio animo maggior indulgenza. Da vecchi si sorride della vita e di ogni suo contenuto. Posso anzi dire, che da qualche tempo io fumo molte sigarette… che non sono le ultime. (…)
Adesso che son qui, ad analizzarmi, sono colto da un dubbio: che io forse abbia amato tanto la sigaretta per poter riversare su di essa la colpa della mia incapacità? Chissà se cessando di fumare io sarei divenuto l’uomo ideale e forte che m’aspettevo? Forse fu tale dubbio che mi legò al mio vizio, perchè è un modo comodo di vivere quello di credersi grande di un grandezza latente. Io avanzo tale ipotesi per spiegare la mia debolezza giovanile, ma senza una decisa convinzione. Adesso che sono vecchio e che nessuno esige qualche cosa da me, passo tuttavia da sigaretta a proposito, e di proposito a sigaretta. Che cosa significano oggi quei proposti ? Come quell’ igenista vecchio, descritto da Goldoni, vorrei morire sano dopo essere vissuto malato tutta la vita?
Penso che la sigaretta abbia un gusto piu’ intenso quand’è l’ultima. Anche le altre hanno un loro gusto speciale, ma meno intenso. L’ultima acquista il suo sapore dal sentimento della vittoria su se stesso e la speranza di un prossimo futuro di forza e di salute. Le altre hanno la loro importanza perché accendendole, si protesta la propria libertà e il futuro di forza e di salute permane, ma va un po’ più lontano.


La conscience de Zeno – Italo Svevo
(écrivain italien, pseudonyme de Ettore Schmitz, né le 19 décembre 1861 à Trieste et mort le 13 septembre 1928 à Motta di Livenza, près de Trévise)

En ce temps-là, je ne savais pas si j’aimais ou si je détestais la cigarette, sa saveur, et l’état dans lequel me mettait la nicotine. Quand je sus que je détestais tout ceci, ce fut pire. Et je le sus à vingt ans environ. Alors, je souffris pendant quelques semaines d’un violent mal de gorge accompagné de fièvre. Le docteur m’ordonna de garder le lit avec l’interdiction absolue de fumer. Je me rappelle ce mot absolue ! Il me blessa et la fièvre le colora : un grand vide et rien pour résister à l’immense pression qui se produit aussitôt autour d’un vide.
Quand le docteur me quitta, mon père (ma mère était morte depuis de nombreuses années) avec un énorme cigare dans la bouche, resta encore quelques instants pour me tenir compagnie. En s’en allant, après avoir doucement caressé de sa main mon front brûlant, il me dit : ‘ Ne fume pas, hein !
Je fus saisi par une immense inquiétude. Je pensai : « Etant donné que cela me fait du mal, je ne fumerai jamais plus, mais auparavant je veux le faire pour la dernière fois ». J’allumai une cigarette et je me sentis aussitôt libéré de mon inquiétude bien que la fièvre augmentât quelque peu et qu’à chaque bouffée je sentais mes amygdales s’enflammer comme si elles avaient été touchées par un tison ardent. Je terminai ma cigarette tout entière avec le soin dont on fait preuve lorsque l’on fait un vœu. Et, souffrant toujours horriblement, j’en fumai de nombreuses autres pendant ma maladie. Mon père allait et venait, le cigare à la bouche, en me disant : ‘ C’est bien ! Encore quelques jours sans fume et tu seras guéri !
Cette phrase suffisait à me faire désirer qu’il s’en allât vite, vite, pour que je puisse me jeter sur ma cigarette. Je feignais également de dormir pour le pousser à s’éloigner plus rapidement.
Cette maladie me procura mon deuxième trouble : l’effort de me libérer du premier. Mes journées finirent par être remplies de cigarettes et de résolutions de ne plus fumer, et, pour tout dire tout de suite, de temps en temps, elles sont encore ainsi. La ronde des dernières cigarettes, apparue à vingt ans, tourbillonne encore malgré tout. La résolution est moins violente et ma faiblesse trouve dans mon vieil esprit une plus grande indulgence. Quand on est vieux, on sourit de la vie et de tout ce qu’elle contient. Je peux même dire que depuis quelques temps je fume beaucoup de cigarettes… qui ne sont pas les dernières. (…)
A présent que je suis ici, en train de m’analyser, je suis pris d’un doute : ne se peut-il pas que j’ai aimé à ce point la cigarette pour pouvoir rejeter sur elle la faute de mon incapacité ? Qui sait, si en arrêtant de fumer, je serai devenu l’homme idéal et fort que j’aspirais être ? Ce fut peut-être ce doute qui me lia à mon vice, car c’est bien commode de vivre en se croyant grand d’une grandeur latente. J’avance cette hypothèse afin d’expliquer ma faiblesse de jeunesse, mais sans aucune conviction bien arrêtée. A présent que je suis vieux et que personne n’exige quoi que ce soit de moi, je passe toutefois de cigarette en résolution et de résolution en cigarette. Aujourd’hui, quel sens ont ces résolutions ? Comme ce vieil hygiéniste, décrit par Goldoni, voudrais-je mourir sain après avoir vécu malade toute ma vie ? (…)
Je pense que la cigarette a un goût plus intense quand il s’agit de la dernière. Les autres aussi ont un goût bien à elles, spécial, mais moins intense. La dernière acquiert sa saveur grâce à l’espoir d’un proche futur de force et de santé. Les autres ont leur importance car, en les allumant, on clame sa liberté et le futur de force et santé demeure, mais il s’éloigne quelque peu.